Fédération des Motards de France

Fédération des Motards de France

Bienvenue sur le site officiel de la Fédération des Motards de France.

Publié le par Le service communication de la FMF

Elle s’est classée huitième sur quarante lors de la Women Cup, un championnat de moto féminin organisé au printemps sur trois circuits français. Une belle performance pour la jeune pilote  membre de la FMF 59 et Vice-présidente du bureau départemental et amateur de Montigny-en-Ostrevent, qui participait pour la première fois à une compétition.

 

Sur les réseaux sociaux dédiés aux motards du coin, elle est connue comme « la blonde à la moto rose ». Quand elle chevauche sa S 1000 RR, avec son carénage rose bonbon, Sandrine Desreux ne passe pas inaperçue.

 

D’autant que la pimpante trentenaire n’est pas du genre à faire de la figuration quand elle prend la poignée des gaz : avec ses dix ans de moto au compteur et une solide expérience de la piste, elle calmerait les plus indécrottables machos.

 

« L’idée, c’est que toutes les filles, quel que soit leur niveau, puissent essayer. »

Le permis ? «  Un pari avec mon cousin   !  », rigole Sandrine qui ne descend pas d’une lignée de motards. À se demander comment la jeune femme, conductrice de bus à la ville, s’est retrouvée, en avril, sur la grille de départ du Mans, première épreuve de la Women Cup, une compétition dédiée aux femmes. «  L’idée, c’est que toutes les filles, quel que soit leur niveau, puissent essayer, explique-t-elle. Les femmes doivent se lancer, même doucement.  »

 

Deux cents chevaux, sans électronique

Pour se remettre en selle, après un grave accident, Sandrine décide, il y a quatre ans de faire un stage au Mans avec de vrais pilotes. C’est le déclic. Membre en plus de ses fonctions à la FMF d’un team sur Dunkerque, elle apprend à incliner sa moto sur les épingles à cheveux des circuits de la région et à dompter les 200 chevaux de sa monture, une sportive qui est à la moto ce que le pur-sang est à course hippique. «  Mais sans électronique : c’est du brut, du pur pilotage !  », plaisante la jeune femme. Coachée par le Président de la FMF 59 - Frédéric Roussel et Charles Geers, un pilote rencontré à Lezennes, elle travaille ses trajectoires, sa position, use ses sliders – les protections du genou – et se prépare physiquement : «  Course à pied et fitness parce qu’on force sur tout le corps.  »

 

L’investissement est aussi financier  : Sandrine ouvre une cagnotte sur le net et récolte 600 €. : «  J’ai mis les noms de mes donateurs sur la moto !  » Seule femme du Douaisis à concourir, elle termine huitième au général sur les trois courses malgré une chute à Magny-Cours «  en sortie de virage, à 100 km/h  ».

 

« Les femmes ont souvent peur de se mettre à terre, pas moi ! »

Son bras gauche s’en souvient encore mais Sandrine a déjà le regard fixé sur son nouvel objectif, l’Ultimate Cup, une course masculine dans laquelle, faute de femmes pour ouvrir une session dédiée, elle s’élancera ce vendredi aux côtés des débutants. «  Ça risque d’être différent, plus brutal  », sourit la pilote, un éclair de malice dans les yeux.

 

La course comme un jeu : « Les femmes ont souvent peur de se mettre à terre, pas moi ! » La fougue sous le casque, Sandrine est déjà à la recherche de sponsors pour la saison prochaine. « J’ai eu du mal à finir la saison, mais maintenant, je sais à quoi m’attendre… Et je recommence ! »

 

Des femmes qui mettent les gaz

Les auto-écoles le constatent : les femmes sont de plus en plus nombreuses à passer leur permis moto. Rarement pour « envoyer » sur un circuit, mais pour le plaisir de circuler librement et la perspective de belles balades en groupe. En plus des rendez-vous motards proposés sur les réseaux sociaux, certaines s’organisent en association, comme à Écaillon où Toutes les chtis à moto rassemble une quinzaine de motardes passionnées. Des filles qui, en plus de sillonner les routes, partagent leur savoir-faire mécanique pour entretenir et dépanner leur bécane. Et mettre les mains dans le cambouis pour graisser la chaîne ou faire la vidange de leur gros cube : jouer les Bardot en Harley, ça se mérite !

La Fédération des Motards de France tient à félicité cette motarde et se félicite que le motocyclisme en générale se féminisme et en porte un véritable engouement des femmes pour la moto en général. 

 

La Commission des grands événements motos. 

 

 

Une très performance de la part de cette jeune femme qui est aussi membre active de la Fédération mais dans sa localité dans le nord ! On lui souhaite bonne chance pour les prochaines échéances.

Une très performance de la part de cette jeune femme qui est aussi membre active de la Fédération mais dans sa localité dans le nord ! On lui souhaite bonne chance pour les prochaines échéances.

Articles récents

Hébergé par Overblog