" /> Lohéac accueil le Championnat de France Supermotard - Fédération des Motards de France
Fédération des Motards de France

Fédération des Motards de France

Site officiel de la Fédération des Motards de France.

Publié le par Le service communication de la FMF

À Lohéac, le Supermotard ressemble presque à une grande réunion de famille. Les pilotes se retrouvent, les spectateurs habitués vibrent ensemble au passage des motos et tout le monde finit par faire la fête dans les paddocks.

 

 

Et, bien sûr, il y a Jean-Yves Rochelle, le speaker, là depuis la toute première édition, quatorze ans plus tôt. Celui qui connaît tout.

 

Une discipline qui a évolué


Vif et observateur, il fait vivre la course en direct aux spectateurs avec un débit rapide, ponctuant les actions de ses célèbres « hop pop pop ! » Assis sur le toit du bâtiment qui surplombe le circuit du Clos d’Ahault, un micro en main, rien ne lui échappe. Malgré la rapidité des manches. « Mon secret, c’est que je connais bien les pilotes. Je peux te dire que lui, sur sa moto, il a exactement la même position que son père il y a vingt ans », glisse-t-il.

 

Une fois lancé sur le sujet, impossible de l’arrêter. À 64 ans, les sports mécaniques le font toujours vibrer, d’autant plus qu’il a vu la discipline évoluer. « Tout est devenu plus professionnel et plus performant : les motos, la vitesse, la préparation physique des pilotes…. », commente-t-il, sans regret. L’époque des « burns », des « lâchés de guidon » est bel et bien révolue.

 

« Faut que ça bouge ! »


Mais ce qui fait l’essence du Supermotard est toujours là. « Le but, c’est de donner des sensations et là, il y en a. » La particularité de la discipline réside dans le terrain, fait à la fois d’asphalte et de terre. Ce qui permet de voir « des pilotes qui ont la pole en vitesse aux 24 heures du Mans être très bons sur l’asphalte, puis perdre beaucoup de temps sur le terrain ».

Et puis surtout, il y a de la baston. « C’est ça que j’aime, en tant que speaker. Faut que ça bouge quoi ! Sinon, ça n’a pas d’intérêt. »

Ce dimanche après-midi, le speaker va être servi, puisque Sylvain Bidart se confrontera à Thomas Chareyre, qui a remporté les trois premières manches de ce championnat de France. Pour cette quatrième étape, il n’a qu’un souhait, « être le premier à le battre ».

 

« La référence européenne »

 

Si Jean-Yves Rochelle prend beaucoup de plaisir à commenter cette course, il n’oublie pas les autres catégories, où il voit avec émotion les jeunes pilotes faire leurs armes. « J’aime les voir sur les circuits, à tout donner, plutôt que de faire les fous sur la route. »

 

Il l’assure, le Supermotard est incontournable : « Ce qui est intéressant, c’est qu’on voit arriver les pilotes allemands et belges, qui viennent au Championnat de France, car nous sommes devenus la référence européenne, voire mondiale. Et qu’en plus, il y a une super-bonne ambiance. »

 

Ce dimanche 3 juin, de 8 h à 19 h, quatrième manche du championnat de France de Supermotard au circuit du Clos-d’Ahault à Lohéac (Ille-et-Vilaine). 15 €, gratuit moins de 14 ans.

Adhésion en ligne ! Nouveau en 2020

 

Court métrage "Off Tack"

Film "Off Tack"

Motocross: vitesse, dévouement, adrénaline. 

Lien sur la vidéo sur Vimeo

Hébergé par Overblog