Force est de constater que, sous la houlette de l’omniprésent Ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le changement est bien effectif pour les usagers de la route.

 
 
 
 
 
 
 
Après l’augmentation constante du nombre de radars, la diminution de la vitesse est à nouveau le cheval de bataille de la sécurité routière. Un équidé qui sera peut être prochainement intéressant d’utiliser si la vitesse continue ainsi d’être prise pour cible.
 


Après le périphérique parisien qui a vu sa vitesse baissée de 10 km/h en ce début d’année, Manuel Valls souhaite désormais s’attaquer aux routes en faisant passer leur limitation à 80 km/h.
 


Même si pour l’instant il n’est question que d’un test limité à quelques départements, on peut penser que le Ministre de l’Intérieur a déjà des idées bien arrêtées à ce sujet et prépare une baisse effective sur l’ensemble du territoire.
 

Alors que l’industrie automobile et motocycliste est déjà au plus mal, que la population est déjà sévèrement réprimandée financièrement ou judiciairement pour de petites infractions, comment l’usager de la route peut encore supporter une telle répression ?
 


Les chiffres de la sécurité routière n’ont pourtant jamais été aussi bons depuis que les statistiques existent (1948) avec une chute de la mortalité de 11% en 2013. Pourquoi ne pas laisser la population tranquille et cette baisse se poursuivre naturellement d’elle-même comme c’est le cas depuis de nombreuses années ?
 


Et pendant ce temps, toujours rien n’est annoncé à propos de l’alcool, de la somnolence, de l’amélioration des infrastructures routières et du téléphone au volant qui sont des fléaux dont sont trop souvent victimes les motards.
 
 
 

Cette annonce de l’hyper-ministre est inspirée par les savantes cogitations d’un comité d’experts ayant calculé théoriquement qu’en faisant baisser la vitesse des véhicules en déplacement, cela faisait baisser la sinistralité routière…

 

Manuel Valls doit répondre à un objectif décrété par l’Union Européenne : passer sous la barre des 2000 tués sur nos routes en 2020. Sur les conseils de son administration, il opte donc pour la méthode la plus simple, la plus contrôlable (grâce aux radars automatiques)… et qui ne coûte pas grand-chose : décréter une nouvelle limitation de vitesse.

 

La FMF dénonce cette surenchère réglementaire qui consiste à toujours surveiller, culpabiliser et finalement contraindre les usagers, plutôt que de travailler à d’autres alternatives :

 

 

  • donner enfin des moyens à la formation, éternel parent pauvre de la sécurité routière
  • freiner la privatisation des autoroutes, réseaux les plus sûrs, mais hélas les plus chers
  • prendre en compte les spécificités de circulation des usagers en deux-roues catégorie la plus fragile, pourtant laissée volontairement de côté par le comité des experts qui ne considèrent pas ces usagers comme assez nombreux, contrairement à la masse des automobilistes sur lesquels sont basés leurs calculs et leurs théories sécuritaires.

 

 

La sécurité routière, ça devrait être le partage de la route, l’apaisement des comportements, l’anticipation… mais avec une sécurité routière à l‘Intérieur, c’est encore et toujours la méthode forte et la répression qu’on retrouve à l’extérieur !

 

Avec cette annonce, le ministre met les usagers deux-roues au pied du mur alors qu’en tant que représentants des usagers deux-roues, la FMF participait aux discussions engagées par ce même ministre… si la discussion est terminée, si elle n’a servi qu’à faire joli, si le bâton est à nouveau de sortie, alors il ne restera aux Motards extrement en colère que ses moyens d’expressions traditionnels. Et vous manquerez pas que nous les feront valoir nos droits ! Tenez vous prêt cher amis ! 

 
 
 
Nous resteront sur nos gardes et nos batailles seront menées si de telles mesures seront appliquées, nous seront sur le quai vive et resteront très attentif aux évolutions futur et nous ne manqueront pas de le faire rappeler au CNSR
 
 
La FMF, défendera les usagers motards sur le plan de la sécurité routière et sa cause sera bien naturellement toujours défendu et tout ensemble nous meneront nos actions ! 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Manuel Valls - Ministre de l'Intérieur

Manuel Valls - Ministre de l'Intérieur

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :