Pollution, bruit, danger, encombrement des trottoirs : Piétons et cyclistes contre les 2-roues

 

 

Lancement du collectif Ras le Scoot

 

On savait que la Mairie de Paris n'aimait pas les deux-roues ! Mais il semble que la Mairie fasse des émules et encourage ses administrés à se liguer contre les utilisateurs de deux-roues motorisés dans l'Ile de France. Collectif d'usagers "Ras le Scoot" visant à lutter contre les nuisances provoquées par les deux-roues motorisés vient en effet d'apparaître pour crier leur ras le bol des scoots.

 

Ce collectif est né du regroupement de plusieurs associations de Paris et de la petite couronne qui se présentent comme la majorité silencieuse des incivilités des motards et scootéristes dont la liberté de circuler "empiète largement sur celle de tous les autres usagers". Non, le collectif n'y va pas par quatre chemins et se montre même plutôt virulent envers les usagers de 2RM.

 

Alors que la Fédération des Motards de France lutte pour favoriser la prise en compte du deux-roues et le mettre en avant comme une solution au désengorgement du trafic urbain, Ras le Scoot estime au contraire que les politiques actuelles sont déjà menées en faveur du développement des 2RM et qu'il faut y mettre fin.

 

Le Collectif met en avant cinq nuisances principales dont les deux-roues sont à l'origine : la pollution, le bruit, le danger pour les autres usagers, l'encombrement de l'espace public et l'impact sur le paysage urbain.

 

On note cependant un grand mélange d'amalgames, d'approximations et d'idées reçues sans fondement dans les revendications, notamment l'affirmation selon laquelle les 2-roues sont plus polluants que les voitures. Il va falloir qu'ils prouvent qu'un scooter 125 équipé (majoritaires dans la capitale) pollue plus qu'une berline ou un bus qui roule au diesel...

 

Ras le Scoot demande également à ce que les deux-roues soient privés de trottoirs et envoyés sur les places qui leurs sont réservées, dont le stationnement devrait d'ailleurs être rendu payant comme à Vincennes et Charenton. On peut les rassurer, la chasse aux deux-roues a été lancée il ya longtemps sur le sujet avec des verbalisations nombreuses et régulières. Problème derrière tout cela, le parc de 2-roues souffre d'un terrible manque en la matière, d'autant que le collectif réclame qu'aucune nouvelle place ne soit créée. Or, de nombreux automobilistes sont passés aux deux-roues, désengorgeant la capitale d'une partie des bouchons pour se mettre au deux-roues.

 

Enfin, parmi les autres revendications, le collectif réclame plus de sévérité quant au contrôle des infractions commises par les deux-roues, motorisés bien sûr, car on n'aborde pas celles des cyclistes, entre circulation sur les trottoirs, utilisation du portable au guidon, prises de sens interdits, remontée des files par la droite, avec un passager sur le vélo, défaut d'éclairage et dépôt de façon sauvage régulière.

 

S'il est évident qu'une partie des usagers affiche des comportements inciviques, le discours particulièrement véhément de ce collectif ne va clairement pas dans le sens d'un meilleur partage de la route, mais plutôt vers l'exacerbation des tensions existantes.

 

Bref, plus que jamais, il est plus que nécessaire d'un meilleur partage de la route et de respect de son prochain.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :