Pages

Publié par Le service communication de la FMF

La seconde  édition du supercross de Paris à l’Arena Paris-La Défense se précise. A un mois du grand rendez-vous, voici ce que vous devez savoir si vous projetez de passer le week-end dans la capitale les 17 et 18 novembre prochains !

 

 

Depuis 1984, le plus beau supercross Européen est inscrit au feutre indélébile dans le calendrier des pilotes et des fans. Depuis le mythique POPB et après un passage dans le stade Pierre Mauroy de Lille, la classique est revenu dans la capitale l’année dernière, dans une toute nouvelle salle hi-tech. La U Arena, renommée Paris – La Défense Arena depuis peu, est un théâtre dernier cri, à mi chemin entre le stade et la salle de spectacle. Inaugurée par les Stones l’automne dernier, le supercross a rapidement investi la place et restera comme le premier événement sportif de grande envergure à avoir eu lieu dans l’Arena.

 

Les organisateurs avaient réussi le pari de construire une piste XXL, proche des standards US et cette première édition a fait le plein. Les retours des pilotes, des teams, et du public ont permis d’affiner le projet pour cette seconde édition. Quoi de neuf ? On fait le point.

 

 

 

 

La Salle 

 

Toute belle, toute neuve, facile d’accès, l’Arena offre tout le confort d’une salle de spectacle dernier cri, tout en ayant les dimensions d’un stade de football ! C’est un écrin XXL avec près de 25 000 places assises en configuration SX, couvert, chauffé, éclairé et doté des toutes dernières technologies pour des effets spéciaux à couper le souffle ! Depuis son inauguration l’année dernière, les équipements ont été mis à jour.

 

Les nombreux concerts et meetings sportifs ont également permis aux organisateurs de mieux maîtriser leur outil, mais aussi de le « booster » ! L’écran géant est plus lumineux, plus grand, plus performant, le son a été amélioré et de nouveaux jeux de lumières ont été installés.

 

La toute nouvelle Kawasaki KXF 450, la moto des champions !

 


La seconde édition du supercross de Paris à l’Arena Paris-La Défense se précise. A un mois du grand rendez-vous, voici ce que vous devez savoir si vous projetez de passer le week-end dans la capitale les 17 et 18 novembre prochains !

 

Depuis 1984, le plus beau supercross Européen est inscrit au feutre indélébile dans le calendrier des pilotes et des fans. Depuis le mythique POPB et après un passage dans le stade Pierre Mauroy de Lille, la classique est revenu dans la capitale l’année dernière, dans une toute nouvelle salle hi-tech.

 

La U Arena, renommée Paris – La Défense Arena depuis peu, est un théâtre dernier cri, à mi chemin entre le stade et la salle de spectacle. Inaugurée par les Stones l’automne dernier, le supercross a rapidement investi la place et restera comme le premier événement sportif de grande envergure à avoir eu lieu dans l’Arena. Les organisateurs avaient réussi le pari de construire une piste XXL, proche des standards US et cette première édition a fait le plein. Les retours des pilotes, des teams, et du public ont permis d’affiner le projet pour cette seconde édition. Quoi de neuf ? On fait le point.

 

 
 

LA PISTE

 

La taille de l’Arena et le savoir faire des équipes des JLFO permettent toutes les folies. Le plan de piste évolue par rapport à l’an dernier, avec une rotation dans le sens inverse et un meilleur positionnement des obstacles afin d’assurer la meilleure visibilité possible aux spectateurs, quel que soit l’emplacement choisi : “Par rapport à l’an dernier, le circuit tournera dans le sens opposé et proposera une majorité de virages à gauche -six contre deux- ce qui permet une attaque maximale des pilotes car ils maîtrisent le frein arrière en entrée de virage”, indique Cédric Lucas, qui a en a peaufiné le tracé et les obstacles.

 

“Le départ traversera toute la salle sur une grosse centaine de mètres : ça va débouler plus vite que jamais et, au bout, un double droite très large permettra de recouper les trajectoires. Un vrai holeshot de championnat US !”

 

"Sur chaque côté on aura une longue section rythmique incluant un gros jump. On reprendra la ligne droite de départ en sens inverse à chaque tour, de quoi permettre aux machines d’usine de faire parler leur puissanec. Les whoops, elles aussi sur toute une longueur de stade, seront cette fois précédées et suivies d’un virage à 180° (et non à angle droit), ce qui favorise également l’attaque et les dépassements. Le circuit fera environ 45s au tour pour les meilleurs, c’est le compromis quasi-idéal entre l’expression des pilotes d’un côté et la visibilité pour le public de l’autre, comme dans les stades de foot américains au même format rectangulaire. De notre côté, on fera tout au niveau des obstacles et de l’entretien pour favoriser la bagarre. Entre le talent qui sera en piste et la qualité de la terre dont nous disposons à Nanterre, le spectacle sera forcément au rendez-vous!”

 

 

LE PLATEAU

 

Le show, c’est une chose. Mais sans pilotes, tout cela ne servirait à rien. Cette année, l’affiche est des plus réjouissante puisque ce n’est ni plus, ni moins que les deux meilleurs pilotes de SX de la planète qui viendront se défier devant le public Parisien ! Marvin Musquin, vice champion SX US 2018 sera opposé à Jason Anderson, le champion en titre ! Un match de titan, du jamais vu depuis des lustres puisqu’il faut remonter à 2000 avec la confrontation Vuillemin/McGrath pour avoir une affiche équivalente !

 

il n’y aura pas que deux pilotes en piste dans la catégorie reine. Zach Osborne, le champion SX 250 Est, sera également de la partie pour sa première sortie en 450 avant d’affronter les gros bras du championnat US. Justin Brayton, vainqueur à Daytona cette année sera également de la partie, tout comme le saignant Tyler Bower ou encore Vince Freise, le starter fou. Côté français, Dylan Ferrandis, l’un des meilleurs performeurs US en 250 qui retrouvera son coéquipier de l’équipe de France MXDN Jordi Tixier, mais également tous les tops guns du SX Tour que sont Cédric Soubeyras, Thomas Ramette, Xavier Boog, Fabien Izoird, Greg Aranda… Voici la liste complète : 

 

 

CATEGORIE SX1

 

#1  JASON ANDERSON – USA – HUSQVARNA ROCKSTAR

#25  MARVIN MUSQUIN – FRANCE – KTM RED BULL

#16  ZACH OSBORNE – USA – HUSQVARNA ROCKSTAR

#10  JUSTIN BRAYTON – USA – HONDA SMARTOP MOTOCONCEPTS

#34  DYLAN FERRANDIS – FRANCE – YAMAHA STAR RACING MONSTER ENERGY

#43 TYLER BOWERS – USA – KAWASAKI  BUD RACING MONSTER ENERGY

#42  VINCE FRIESE  – USA – HONDA SMARTOP MOTOCONCEPTS

#911 JORDI TIXIER – FRANCE –  KTM VHR

#85  CEDRIC SOUBEYRAS – FRANCE – SUZUKI JPM – MONSTER ENERGY

#6  THOMAS RAMETTE – FRANCE – SUZUKI SR75 UK

#871  FABIEN IZOIRD – FRANCE –  HONDA SR

#20  GREG ARANDA – FRANCE – KAWASAKI SN MOTORSPORTS

#121  XAVIER BOOG – FRANCE – HONDA SR

#737  VALENTIN TEILLET – FRANCE- KTM VRT

#3 NICOLAS AUBIN – FRANCE – SUZUKI AMEXIO

#25 FLORENT RICHIER – FRANCE – HONDA FR25 SUTTEL

#41  BEN LAMAY – USA – HONDA FR25 SUTTEL

 

 

CATEGORIE SX2

 

Ça bagarre fort en SX2 hexagonal, il y a du niveau, de l’intensité et la hiérarchie n’est pas fermement établie entre les Thomas DO, Anthony BOURDON, Adrien ESCOFFIER ou autre Killian AUBERSON. Yannis IRSUTI vient de se blesser et ne sera sans doute hélas pas en mesure de défendre son titre de Prince. Bud Racing, sponsor de cette catégorie, y injectera de sérieuses wild cards dont Brian MOREAU, Brian HSU et un Américain qui pourrait être Jacob HAYES, le champion Arenacross en titre ! Le team Honda SR de Josse SALLEFRANQUE prévoit lui aussi d’accueillir une wild card en provenance des US, qui ne manquera pas de créer un gros buzz… 

 


Le FORMAT

 

Il y aura près de 20 SX2 en piste (trois de plus que l’an dernier), qui adopteront le même format que les 450, à savoir 3 courses de classement : un sprint court, un sprint long et une “finale”. C’est la formule “Monster Triple Crown” qui, testée cette année aux US, a donné les courses les plus excitantes  et les résultats les plus inattendus. Vous verrez donc manches de la soirée qui comptent toutes pour le résultat final !Pourquoi ?

 

Xavier Audouard, le directeur sportif de l’épreuve répond : « A partir du moment où ce sont les mêmes pilotes qui s’affrontent à chaque course, le risque qu’une hiérarchie de fait s’instaure au fil de celles-ci est d’autant plus grand que l’exercice reste à chaque fois le même. Parmi ceux qui ont l’habitude de partir devant, certains sont très rapides sur les premiers tours mais n’ont pas la “caisse” ou la régularité des top-pilotes et, sachant que ceux-ci vont finir par les dépasser, il ne vont pas forcément chercher à les contrarier, préférant jouer “placé”.

Proposez à ceux-là un sprint court de six ou sept tours et, sachant qu’ils peuvent gagner, leur comportement en piste change radicalement, vous obtenez des bagarres d’une toute autre nature, pour le plus grand plaisir des spectateurs ! Feld n’a d’ailleurs eu qu’à se féliciter de ce choix puisque sur les neuf manches courues au format Triple Crown, huit ont vu un vainqueur différent là où, en finale classique, seuls quatre pilotes (dont trois seront présents à Paris) ont réussi à s’imposer sur l’ensemble de la saison ! »

 

Chaque manche, sans distinction de durée, attribuera des “points à la place” (1 point au vainqueur, 2 points au second, etc) et l’addition des points déterminera le général de la soirée. Le classement cumulé des manches sera bien entendu rappelé sur les écrans au fil de la soirée et avant chaque départ. En cas d’égalité de points, c’est le meilleur résultat en “finale” qui prévaudra. Les pilotes SX2 scoreront le barème de points habituels au championnat, sur la base du classement général de chaque soirée.

 

Le PROGRAMME


Avec un format de course aussi dense, le programme de l’épreuve sera chargé et les festivités débuteront dès 15h00 pour les essais libres, accessibles à tous comme l’explique Xavier Audouard : « Cela fait partie des choses qu’on avait dû laisser de côté l’an dernier, trop compliqué pour l’inauguration de la salle. C’est également coûteux en sécurité mais pour l’expérience du fan, c’est un gros “plus”. Du début des essais au podium final (voir horaires ci dessous), il pourra rester dans l’enceinte de la salle, avec restauration sur place. Entre les essais et la course, il y aura pour tous des stands, animations et autres dédicaces de pilotes et personnalités du SX et même, pour les détenteurs des meilleurs passes, accès paddock et visite de piste. »

 

 

SAMEDI 17 NOVEMBRE  -  Horaires


Ouverture des portes au grand public    15h00


Essais libres SX2    15h30
Essais libres SX1    15h50
Essais chrono SX2    16h20
Essais chrono SX1    16h40
Visite de la piste    18h00
      
Début du show     20h00


SX1 Superpole     20h25
SX2 Sprint 1     20h45
SX1 Sprint 1     20h53
FMX  Session 1    21h01
Animations    21h10
Entracte 1      21h20
Animations    21h30
SX2 Sprint 2      21h38
SX1 Sprint 2      21h48
FMX Session 2     22h00


Challenge kids mini-bikes
22h10


Entracte 2     22h18
Animations     22h28
SX2 Finale     22h36
FMX Best Tricks Contest     22h53
SX1 Finale     23h07
FIN du show    23h30


DIMANCHE 18 NOVEMBRE  -  Horaires


Ouverture des portes au grand public    11h30


Essais chrono SX2    11h50
Essais chrono SX1    12h15
Visite de la piste    13h15
      
Début du show     15h00


SX1 Superpole     15h25
SX2 Sprint 1     15h45
SX1 Sprint 1     15h53
FMX  Session 1    16h01
Animations    16h10
Entracte 1      16h20
Animations    16h30
SX2 Sprint 2      16h38
SX1 Sprint 2      16h48
FMX Session 2     17h00
Challenge kids mini-bikes    17h10
Entracte 2     17h18
Animations     17h28
SX2 Finale     17h36
FMX Best Tricks Contest     17h53
SX1 Finale     18h07
FIN du show    18h30

 

 

 

 

LA BILETTERIE

 

C’est le moment ou jamais de réserver vos places. Différents tarifs sont proposés selon l’emplacement ou l’âge. Voici la liste détaillée des places que vous pouvez encore acheter en ligne sur  http://www.supercrossparis.com/billetterie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :