" /> Dakar 2021 : Portrait des pilotes motos Français - Eric Martinez (Husqvarna) - Fédération des Motards de France
Fédération des Motards de France

Fédération des Motards de France

Site officiel de la Fédération des Motards de France.

Publié le par Le service communication de la FMF
Dakar 2021 : Portrait des pilotes motos Français  - Eric Martinez (Husqvarna)

« LE DÉSERT, MA MADELEINE DE PROUST »

 

Il a découvert le Dakar l’an dernier, sur les pistes saoudiennes. Et l’apprentissage a été brutal pour ce fonctionnaire à la retraite. Dès la 2e étape, une chute lui brise les ligaments horizontaux de la clavicule. Le lendemain, nouvelle chute. Le pilote amateur heurte une falaise mais il parvient à se relever et à rallier le bivouac. Or, la douleur est trop forte et il doit se résoudre à abandonner. Pendant une semaine, Éric souffre même d’une hémorragie interne. Depuis, sa clavicule n’est toujours pas remise à 100% mais cela ne le gêne pas dans ses mouvements. Surtout, cela ne l’empêche pas de se projeter. Car il souhaitait plus que tout retenter l’aventure cette année. 

 

Pour lui, le désert est presque une seconde nature. Il a grandi entouré par les dunes dans la petite localité marocaine de Bouarfa. Puis, celui qui est actuellement installé dans la Marne a multiplié les séjours dans de nombreux pays (Afghanistan, Mali, Tchad, Côte d’Ivoire) pour des raisons professionnelles. Une fois à la retraite, il décide de vivre à fond sa passion des grands espaces, grâce au rallye raid. Après deux participations au rallye de Merzouga pour s’aguerrir, il décide de sauter le pas et de s’inscrire au Dakar. Cette année, il aura à cœur d’aller au bout de cette aventure.

 

« Le désert, c’est ma madeleine de Proust. J’aime retrouver ces longues étendues ocres que j’arpentais, enfant, avec un short et des sandales. Dans le désert, on ressent tout de suite davantage de sérénité, on se sent plus clairvoyant… Pour être heureux, je n’ai pas besoin de grand-chose hormis chercher ce qu’il y a de l’autre côté de la ligne de crête et découvrir un nouveau paysage. Le Dakar, c’est une course contre le temps pour chercher tous ces instants d’éternité. Repartir l’année suivant mon abandon, c’était une décision difficile. Mais à 61 ans, je sais que je ne peux repousser éternellement une nouvelle participation. Le Dakar, c’est une quête et on a tous en nous une envie très forte d’aller au bout de cette aventure. »

Adhésion en ligne ! Nouveau en 2021

 

Court métrage "Off Tack"

Film "Off Tack"

Motocross: vitesse, dévouement, adrénaline. 

Lien sur la vidéo sur Vimeo

Hébergé par Overblog