Qui sait que l'interfile est interdit ? Hors expérimentation depuis 2016 dans certaines régions. Il est tellement pratiqué de façon naturelle qu'il est considéré comme légal pour beaucoup.

 

 

Mais même si pratiquée depuis des années par les motards et les scootéristes sur les axes routiers les plus encombrés, la circulation interfile posait un problème de taille aux pouvoirs publics puisque, bien que n'étant pas autorisée mais plus ou moins tolérée, celle-ci n'était tout simplement pas mentionnée dans le Code de la route. Pour combler ce vide juridique et tenter de mettre en place un cadre légal, une expérimentation d'une durée de cinq ans fut lancée le 1er février 2016. L'heure du bilan est venue, mais il est loin d'être bon... sans grande surprise.

 

Dimanche 31 janvier, l'expérimentation de la circulation interfile des deux-roues motorisés prendra ainsi fin.

 

Menée durant cinq ans sur 3.000 kilomètres de route dans les huit départements d'Ile-de-France, les Bouches-du-Rhône, le Rhône et la Gironde, l'expérimentation portait uniquement sur les routes à double sens séparées par un terre-plein central et dotées d'au moins deux voies de circulation. La pratique demeurait donc interdite en dehors de ces zones précises.

 

Plus d'accidents sur les zones d'expérimentation


Après 5 ans d'essais, le CEREMA vient de remettre son rapport d'évaluation à la Déléguée Interministérielle à la Sécurité Routière. Comme on pouvait le craindre, le bilan n'est pas bon. Il est même très mauvais puisque là où l'accidentalité routière des motocyclistes a baissé en moyenne de 10 % dans l'ensemble des 11 départements concernés, elle a augmenté de 12% sur les routes en expérimentation.

 

l est cependant nécessaire d'apporter une nuance à ces chiffres, puisque l'on ne connait pas la proportion des accidents survenus dans des conditions normales et ceux survenus spécifiquement en cas d'interfile sur ces routes de tests. On note également d'importantes différences entre les zones tests, la Gironde présentant une importante hausse de l'accidentalité tandis que la situation est totalement inversée dans le Rhône.

 

Une meilleure prise en compte


Le problème vient ici en partie des comportements, puisque sur les 16 accidents mortels récents durant l'expérimentation, aucun motocycliste ne respectait les règles définies, c'est-à-dire pas plus de 50 km/h, uniquement en cas de circulation dense et uniquement entre les deux voies les plus à gauche.

 

Toutefois, le respect de la limite de 50 km/h a progressé au fil des ans. Alors que seuls 23% des 2-roues respectaient cette limite en 2015, ils étaient 40 % en 2018. Autre effet bénéfique, l'expérimentation a permis de faire plus de pédagogie auprès des jeunes conducteurs et des utilisateurs de véhicules légers.

 

Y a-t-il un avenir pour l'interfile ?


Mais cela ne suffit pas. Si la DSR a donc pris la décision de ne pas légaliser la circulation inter-file, comme l'explique Marie Gautier-Melleray ;

L'objectif de cette expérimentation était de diminuer l'accidentalité des deux-roues motorisés en encadrant la pratique de la circulation inter-files dans les départements concernés. Or, le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances puisque le ratio d'accidents sur les réseaux CIF par rapport aux autres réseaux a significativement augmenté dans 1 zone et est en légère hausse ailleurs.

Fin de l'autorisation de dépassement pour les motards, une vraie déception...

Pour autant tout n'est pas fini. La déléguée à la sécurité routière assure qu'une nouvelle expérimentation pourrait être menée. Cette seconde phase d'essai serait alors élargie à de nouvelles zones géographiques, se doterait de nouvelles règles de circulation et surtout adopterait une méthodologie de collecte de donnée automatisée. La DSR envisage également d'adopter une communication continue et d'améliorer encore sa prévention de tous les usagers sur ce sujet.

 

 

Attention au PV de 135 euros


En attendant qu'une seconde expérimentation soit lancée, la circulation en interfile sera donc de nouveau totalement interdite à partir de lundi 1er février sur tout le territoire. Gare aux PV, pour être précis 135 euros si vous êtes pris les deux roues entre les files.

 

La mauvaise nouvelle


L'autorisation de l'interfile n'est pas généralisé comme cela aurait pu l'être en cas de bons résultats pendant l'expérimentation.

 

La bonne nouvelle ?


L'interfile aurait pu être totalement et définitivement interdit à l'issue de cette expérimentation et ce n'est pas le cas. Il y aura une nouvelle expérimentation. Mais d'ici là, l'interfile est interdit pour tous.

 

Le service juridique mobilisé 

 

La Fédération des Motards rappel que son service juridique pourra se mettre à disposition pour ainsi contesté les verbalisations que vous pourriez avoir dans le cadre de la fin de l'expérimentation. Vous pourrez envoyé vox procès-verbaux par email : fmf.national@gmail.com. 

Nous restons à votre écoute et mobliser pour vous aider dans cette situation. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :