La question des routes dans le département des Pyrénées-Atlantiques est essentielle du fait de la spécificité à la fois urbaine et rurale du département, avec des éléments liés à la configuration géographique, zones de montagnes (pluies fréquentes, verglas et neige), et au climat océanique (forte pluviométrie). 

 

 

Ces éléments intéressent plus particulièrement les motards, confrontés à des parcours, notamment dans des secteurs de virages (Bidache, St-Palais, St-Jean-Pied-de-Port, Iraty, la Soule et notamment Tardets pour la partie basque du département notamment) qui méritent une attention particulière en matière de sécurité routière et donc d'entretien. 

 

Malgré un investissement annuel de 36 millions d'euros auxquels il faut rajouter dans le budget départemental une subvention à la voirie communale de plus de 3,5 millions d'euros et des frais de fonctionnement de 5,72 millions d'euros, il apparaît que la politique d'investissement et de sécurité mérite d'abord un diagnostic complet, et à ce jour inopérant, pour envisager au cas par cas, avec précision, les améliorations routières qui concernent l'ensemble des usagers de la route, motards, automobilistes, cyclistes, autocaristes, camionneurs, agriculteurs en tracteurs.

 

 

Pour exemple, et concernant tant la voiture et la moto, dans le secteur entre Bidache et Urt, un certain nombre de virages sont très risqués en temps de pluie fine de début de période pluviale. Le majorité départementale actuelle n'a pas toujours conscience et connaissance de ces difficultés.   

 

C'est la raison pour laquelle nous envisageons la mise en place d'un audit sur l'état des route, suivie d'une évaluation des politiques publiques routières chaque année, et une concertation par la constitution d'une commission "extra-départementale" incluant les représentants des usagers, notamment de la FMF.
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :