C'est en concertation avec les autorités du Ministère de l'écologie ou le ministre des transport s'est entretenue avec nos confrères le 8 juin. Le Conseil d'Etat prépare activement un projet pour la mise en place d'un contrôle technique moto contraire à nos revendications. 

 

 

L'Assemblée et le Sénat se sont pourtant opposé à un tel projet en 2014, une pression encore sanglante sur sa mise en application en rapport avec les pressions des imposants centres techniques autos (Dekra, Sita, CT et SITA) qui sont en tête de l'Europe. Les Etats membres sont obligés de faire face à une mesure totalement injuste pour les usagers 2RM. 

 

La FFMC a donc facilité le montage d’un dossier qui présente les mesures prises en France pour faire baisser l’accidentalité au même titre que les dossiers finlandais, irlandais et néerlandais. Il s’avère qu’aucune des mesures de Sécurité Routière qui ont été prises dans ces différents pays entre 2016 et 2020 ne semble suffisante aux yeux de la Commission.

La FMF apporte son soutien sur l'envoi d'un dossier avec leurs homologues de la Fédération Belge de Motocyclisme pour porté un message national mais aussi un dossier européen nécessaire pour mener ce combat en fond. La FMF correspondant avec différents élus Français et Belge permettra de pouvoir avancer sur ce dossier et si besoin continuer à mener des manifestations partout en France. 

 

La FMF refuse bien naturellement toutes ses fausses histoires, car l'absence de débat et de concertation avec l'ensemble des homologues des différentes associations franco Belge. La FMF prend compte aussi que des élus du parlement de Wallonie tient compte des revendications apporté des élus pour s'opposer à un CT Belge étendu aux pays de l'UE. 

 

Bien entendu nous notons les éléments suivants concernant la mise en place d'un CT ; 

 

- Contrôle visuel de sécurité : c’est ce qui permet à chaque motard de sauver sa vie avant de prendre le guidon ! Contrôle des pneus, des freins, essai de freinage dès les premiers mètres pour valider fonctionnement de freins et suspensions, bref à chaque utilisation de la moto et pas tous les 2 ou 4 ans lors d’un CT !

- Contrôle de bruit : les motards qui veulent faire du bruit, soit parce qu’ils ont le sentiment que ça les sécurise soit pour bien se montrer au reste de la population, ont besoin d’éducation et pas d’un CT tous les 2 ou 4 ans. D’autant que n’importe quel bricoleur du dimanche sait changer une ligne d’échappement, ou la faire changer par un copain, en une heure maximum !

- Contrôle de pollution : de leur propre aveu, ça ne peut pas concerner les motos les plus anciennes qui sont aussi les plus polluantes puisque leur réception (homologation) ne comportait pas de notion d’émissions polluantes !

 

La FMF ne souhaite aucunement que ses mesures puissent apportés des problématiques liées concernant le déploiement d'un contrôle technique moto. Le bruit et la pollution de l'air ne permette pas de justifié de la mise en place d'un CT moto. 

 

Ceci est bien évidemment orchestrée pour que la pression des élus dans l'ensemble des catégories de l'Union Européenne puissent appliqué une décision de pouvoir réduire symboliquement les usagers 2RM à devoir se plier à des contrôles techniques récurrents. Les élus des instances européennes ne se mettent pas à la place des usagers 2RM. 

 

La Fédération des Motards de France contraint réellement à ce que les usagers ne puissent pas être pénalisé par des mesures ne justifiant pas d'un contrôle approfondie au même titre que les véhicules légers. Une moto restera moins polluante qu'une voiture, d'un camion ainsi qu'un avion. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :