Pages

Publié par L'antenne régionale Hauts-de-France

Le réseau leader de l’apprentissage de la conduite tire la sonnette d’alarme : Il manque actuellement 12 000 postes d’enseignants de la conduite, toutes écoles confondues.

 

L’ECF, qui forme par ailleurs 1/3 des enseignants, cherche à recruter pour son réseau pas moins de 1 500 formateurs ! A l’occasion de la Semaine des services de l’automobile et de la mobilité, l’ECF lance l’alerte.

 

 

Les écoles de conduite recrutent et veulent le faire savoir !

 

D’après une étude réalisée par l’un des principaux syndicats professionnels (UNIDEC) en avril 2021 auprès de 600 entreprises représentatives, celles-ci déclarent un besoin de 1 à 2 formateurs. Extrapolé à l’ensemble de la profession, ce sont donc bien 12 000 postes qui restent à pourvoir.


Parmi les plus concernés dans la profession, l’ECF se mobilise pour informer jeunes
et moins jeunes sur les besoins d’embauche dans le secteur de l’enseignement de
la conduite.


A ce jour, la profession recense 28 000 enseignants, mais seulement 25 000 enseignants actifs travaillant au sein d’une école de conduite de proximité, dont une très grande majorité possède le statut de salarié (contre seulement 1 500 à 1 800 indépendants, auto-entrepreneurs ou sous le statut de micro-entreprise œuvrant
pour les plateformes numériques).

 

L’ECF confirme les résultats de l’étude de l’UNIDEC, et constate dans son propre
réseau une pénurie qui impacte directement les élèves, qui subissent des délais plus
longs dans la prise en charge de leur formation.

 

Pour l’ECF, réseau leader de l’enseignement, les besoins s’établissent à ce jour à
1 500 enseignants, répartis dans tous les domaines :


- 600 formateurs au permis B
- 100 formateurs au permis A (deux-roues)
- 800 formateurs au permis poids lourds

 

La pénurie de formateurs dans la filière professionnelle entraîne par effet domino
des difficultés de recrutement pour l’ensemble de la filière transport qui estime elle-
même ses besoins de conducteurs pour les cinq prochaines années à plus de
35 000 postes.

 

Avec 1 928 000 candidats au permis de conduire toutes catégories confondues en
2019 (derniers chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur), nombre en constante
augmentation, le rôle des écoles de conduite et des centres de formation est central
pour satisfaire les besoins.

 

 

L’ECF en est un témoin clé car elle ne forme pas moins d’1/3 des formateurs au Titre
professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière (permis B,
permis A et permis lourds).

 

Le métier d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière est un métier de
passion qui gagne à être connu. Au-delà des formations pratique et théorique, ce
sont des valeurs et un comportement que l’enseignant transmet à ses élèves :
respect des autres usagers de la route, prudence, sécurité. Il les forme à devenir des
conducteurs avertis et responsables.

 

Accessible à tous les profils, pour les jeunes et moins jeunes en reconversion
professionnelle, il connaît un taux de féminisation qui atteint aujourd’hui 55 %.
Les formations sont ouvertes dès 20 ans sans conditions de diplômes, gratuites et
le plus souvent rémunérées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article