Pages

Publié par Le Coordinateur Général

rubon21.jpg
Comment mener le débat sur la pollution des motos ?

Les deux-roues motorisés sont régulièrement pointés du doigt pour la pollution qu’ils génèrent. Pourtant, loin d’être des mauvais élèves, les deux-roues motorisés présentent au contraire des avantages indéniables en termes, notamment, de mobilité et de moindre consommation de carburant. Les motards sont les premiers à subir les effets de la pollution en circulation urbaine.
La FMF a pour objectif la défense des usagers de 2 et ceus du tout terrain de plus que ceux de la vitesse, et la promotion de l’utilisation de ces véhicules.
Cependant, elle reconnaît le problème de santé publique posé par les émissions polluantes de tous les moteurs thermiques et se soucie de l’enjeu global du changement climatique.
En effet, les valeurs qui fondent son action, respect et solidarité, dépassent la seule pratique du 2 et font sens pour la société entière.
Ainsi, elle agit pour que la pratique du 2 et des sports mécaniques  se développe dans des conditions sanitaires et de sécurité satisfaisantes, tant pour les usagers que pour les autres, ceux qui partagent nos villes comme ceux qui partagent notre planète.
Comparer le comparable

Mettre une sonde dans le pot d’échappement d’un véhicule à l’arrêt en comparant une Clio dernier cri catalysée et injectée et une moto ne rime à rien car on voit rarement une moto bloquée dans un bouchon.
S’il est vrai que les voitures sont soumises à des normes anti-pollution depuis les années 70, les motos rattrapent désormais leur retard puisque depuis 99 (Euro1) des normes successives ont permis aux motos de diminuer leurs émissions polluantes de 95% (voir plus loin).
placements, c’est minimiser la pollution

Une moto circule plus facilement stationne plus rapidement
ne reste pas coincée dans les embouteillages Donc consomme moins !
Les motards ne sont pas des pollueurs
Les motards sont conscients du problème.
La FMF a contribué à l’élaboration des normes européennes adoptées en 2002, a participé aux travaux européens sur les normes de durabilité des systèmes d’échappement, et suit de près les études en cours sur les dispositifs de diagnostic embarqués. Mais les motards sont aussi attentifs à l‘incidence sur les coûts d‘utilisation des motos, et refusent que ce sujet soit le prétexte pour imposer un contrôle technique aux motos.
Beaucoup de bruit pour rien ?

La FMF reconnaît qu’une réglementation bien pensée sur la question du bruit permet d’encadrer et de limiter les nuisances sonores des véhicules à moteur. Elle souhaite attirer l’attention des motards et des sportif du monde du sport mécanique et des pouvoirs publics sur le fait que les attitudes et les comportements (accélérations brutales, régimes moteur élevés) ont autant, voire plus d’incidence sur le niveau sonore que le fait qu’un pot soit homologué ou pas. Une attitude responsable de chacun est donc essentielle, notamment la nuit et en ville, mais également sur des lieux de villégiature où le public aspire au calme. Elle souhaite que les réglementations soient appliquées avec discernement et que les règles du jeu soient claires, afin que leur application ne tourne pas à la « chasse aux motards ». Chose que nous refusont catégoriquement ! 
Faits et arguments

La nouvelle donne des normes européennes : la dernière étude publiée par l’ADEME en décembre 2008 met en valeur les progrès considérables effectués par les constructeurs mais montre aussi qu’il reste du chemin à faire : 15 motos de 125 à 1300cc répondant aux normes récentes [euro 2 (5 véhicules) et euro 3 (10 véhicules)] ont été comparées à 3 voitures [Euro 4 (1 diesel et 2 essence)] sur un parcours type Paris - banlieue prenant en compte les spécificités des déplacements moto (circulation entre files dans les embouteillages & stationnement facilité), de plus une enquête à même était faite sur les motos pratiquent la discipline de la vitesse, mais encore également ceux du monde du tout-terrain. Mais rien n'a était spécifier, en comparant avec les véhicule de type (Euro 4 (1 diesel et 2 essence), le teste c'est était avérèr négatif et donc à même était conclue par les spécialiste que les motocross et les motos pratiquent la vitesse et l'endurance, polluer moin en fesain une course qu'une voiture arrêter dans les bouchons depuis une demi-heure polluer bien plus. 

L’étude complète de l’ADEME est disponible sur internetlink
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article