Des amendements en faveur d’un Contrôle technique des deux roues motorisés et des motos en général ont été déposés par les groupes libéraux (ALDE), socialistes (S&D) et verts.

 

 

Consternation au QG de la FEMA jeudi dernier, un amendement demandant la réintégration des motos et des motocross dans la directive « Contrôle technique » était déposé par Phil Bennion député anglais libéral. Il était rapidement suivi par des amendements identiques proposés par les groupes socialistes et verts.

 

 


Pourtant les rapports adoptés en Commission Transport comme en Commission Marché intérieur, devant l’absence d’éléments probants de son efficacité, proposaient d’exclure les deux-roues motorisés ainsi que les motos de compétition de cette mesure.
Ils avaient également concédé la mise en place à échéance de 3 ans, d’une étude vidant à comparer l’évolution de l’accidentalité des pays disposant d’un contrôle technique et les autres. De quoi mettre tout le monde d’accord, non ?
Non !

 

 

 

 

Et en France ?


Contactés par la FMF dès le dépôt de la proposition de règlement sur le contrôle technique, l’immense majorité des députés français se sont d’ores et déjà positionnés contre le contrôle technique, suivant en cela la position du gouvernement français. La FMF regarde maintenant avec anxiété au delà de ses frontières, vers les motards et les pilotes (et les députés) des autres pays européens. Les Pays-bas ont été combatifs, les Finlandais aussi. Normal, vous me direz, ces pays n’ont pas de contrôle technique. Et comme le contrôle était étendu aux caravanes, aux motocross et enduro moto, forcément, les Hollandais étaient contre ! Les Suédois, et les Anglais, quand bien même soumis à un contrôle national se sont aussi exprimés contre. Mais aussi voulant protéger le monde tout terrain et celle de la compétition moto.

 

 

 

Malheureusement, les pays qui ont un contrôle technique sont aujourd’hui majoritaires en Europe ; tant d’ailleurs, du point de vue de la répartition par groupes politiques qu’en nombre de pays, les « pro-CT » sont majoritaires. Et les lobbies industriels sont puissants et avancent leurs pièces, appâtés par un gâteau estimé à plus d’1,5 Milliards d’euros annuels, aux dépens des usagers.

 

 

 

 

Faut il pour autant désespérer ?


Certains pays peuvent préférer conserver leurs contrôles techniques nationaux que de se couler dans un moule européen trop rigide ou ne répondant pas à leur façon actuelle de procéder. Les positions des groupes socialistes et libéraux sont divisées. Les députés français suivant en cela la position du gouvernement français : Contre le CT. Idem pour les Suédois, et les Bataves.

 

 

Et si le vote au Parlement Européen est défavorable ?


La partie s’assombrit mais tout n’est pas pour autant perdu. En effet le Conseil des Ministres de l’Union Européenne s’est d’ores et déjà positionné contre le contrôle technique des motos et des motos de compétition accrue. Le débat sous forme de « trilogue » entre Parlement, Commission, et Conseil reprendrait.

 

 

 

La FMF et d’autres associations membres de la FEMA (BMF, FFMC, NMCU, MAG NL) seront présentes devant le Parlement Européen mardi 2 juillet, jour du vote, et dans l’Assemblée au moment de celui ci pour soutenir les députés qui privilégient une Europe citoyenne plutôt qu’une Europe des lobbies industriels et financiers. Ainsi que ceux présent voudrez faire disparaître nos passions. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :